samedi 22 décembre 2012

stage de biodynamie en Ardèche




présentation d'un stage organisé par AGRI-BIO en Ardèche (édition Ardèche Méridionale du 16 décembre 2012 du Dauphiné Libéré)

vendredi 21 décembre 2012

stage de bio énergétique humaniste dans le Doubs


extraits du programme de présentation

INTERPRETER SES REVES POUR MIEUX SE CONNAITRE
  • Comprendre les symboles et archétypes de l’inconscient individuel et de l’inconscient collectif
  • Méthode générale d’interprétation des rêves (Méthode Jungienne et Freudienne)
  • Les différentes dimensions et niveaux d’interprétation des images du rêve :
o Événementiel, Personnelle consciente, Inconscient personnel et collectif (Archétypes), Psychologie trans-générationnelle, message de l'âme (maître intérieur), Message initiatique, Message des guides de lumières (anges gardiens…), Voyage astral, prémonition, « sensation de déjà vu »…

  • Nous apprendrons à repérer les différents niveaux de réalité du monde des rêves ?
o Plan éthérique, astral supérieur (lumineux), ou astral Inférieur (Ombre, cauchemar), mental, intuitif, spirituel.


(...)

Pendant plus de vingt années j’ai pratiqué différentes techniques visant à parcourir un chemin d’évolution intérieur. Je me suis formé à différentes thérapies psychocorporelles : Bioénergie, Gestalt, Sophrologie, Yoga de l’énergie, Yoga Taoïste…
Depuis une dizaine d’année j’exerce comme formateur en psychologie, comme psychothérapeute et je suis docteur en psychosociologie.
Par ailleurs je propose des séances individuelles ou des stages en bioénergie, psychothérapie, de gestion du stress. Ma méthode de bioénergie unifie les techniques de la bioénergie reichienne et le yoga de l’énergie Taoïste. 


capture d'écran d'une activité annoncée sur la toile et organisée par cet intervenant


lundi 10 décembre 2012

Semaine de la solidarité internationale en Franche-Comté, les confidences d'un colibri



En novembre, en Franche-Comté, dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale, Alec Somoza s'est produit au cours d'une conférence gesticulée: "confidences d'un colibri" ou "une histoire de schizophrénie militante". Un dossier pédagogique avec son mode d'emploi est proposé aux enseignants, éducateurs et animateurs avant leurs participations éventuelles à une de ses conférences. Les objectifs de ce dossier se déterminent ainsi:"sensibiliser au développement durable, faire s'interroger les jeunes sur l'engagement, acquérir des connaissances sur le développement durable et les actes réalisables au quotidien, favoriser les échanges entre élèves, permettre des débats".
A cette conférence, une trentaine de personnes. Sur le mode humour et one man show, Alec Somoza révèle d'emblée sa quête d'un guide, d'un "gourou" pour l'aider à changer le monde. Ambitieux projet. Première expérience: Bob Marley et le rastafarisme ou le retour en Ethiopie de la diaspora africaine. Lecture de "la Prophétie des Andes" ou la nécessité de décrypter des signes semés par l'existence, pour atteindre la meilleure part de notre destin. Changer le monde. Alec se méfie des élites révolutionnaires pontifiantes. Il conclut:"on va pas y arriver par l'action collective"

Son engagement au Pérou, au nom de la solidarité internationale,se fracasse contre la corruption des opportunistes locaux. Quand il assiste aux rites des chamanes, plus proches des jeteurs de sort que des gentils médiateurs entre les humains et la surnature,il quitte le Pérou pour une fonction d'éducateur en France, en milieu scolaire et apprendre aux élèves les actes quotidiens pour mieux et moins consommer, se référant au concept de décroissance prôné, entre autres, par Hervé Kempf, qui affirme: "comme la croissance ne réduit ni les inégalités ni la pauvreté, il faudrait stopper la croissance matérielle et pour cela, aller vers une décroissance matérielle" Selon Serge Latouche, autre apôtre de la décroissance: "la pauvreté est la richesse des peuples"! La fin de la conférence s'épanouit avec la théorie du colibri, où, selon une légende amérindienne, un désastre écologique ravage des colonies d'animaux désemparés, alors qu'un petit colibri, avec son petit bec, arrose le grand incendie, "pour faire sa part".
La parole au public lâche: "L'histoire du colibri, c'est Pierre Rabhi, il faut aussi faire du collectif plutôt que de faire sa part, on risque de se faire piéger avec cette histoire de colibri!"

Pierre Rabhi,philosophe et conférencier, pionnier de l'agriculture écologique en France, appelle à "l'insurrection des consciences"; en s'inspirant de cette légende, il fonde le Mouvement Colibris en 2006.
En août 2012, la visite d'adhérents de l'AFIS 07 ( Association Française pour l'Information Scientifique) chez des agroécologues ardéchois, dans le Mas de Beaulieu, de l'association Terre et Humanisme, s'inspirait d'une légitime curiosité quant aux annonces de productions et de gestion de l'eau au mas. 

Pour accéder aux conclusions de l'association, SUIVEZ CE LIEN





mercredi 5 décembre 2012

CIVITAS, un questionnement nécessaire.


L'association Civitas est bien connue du fait de ses positions sur le mariage homosexuel et les manifestations controversées qu'elle a organisées. Extraits du blog droites extrêmes tenu par deux journalistes du Monde

Nous le notions ici: Civitas nourrit des ambitions politiques depuis l'organisation des manifestations contre des pièces de théâtre jugées par lui "christianophobes" à la fin 2011. Il travaille ainsi à la constitution de listes pour les municipales de 2014.Justement, la campagne contre le mariage gay entre dans cette stratégie à long terme. "Il est évident que plus il y a de lois néfastes, comme celle sur le mariage homosexuel, plus [on touche]des milieux de plus en plus larges [qui voudraient]  s'investir à l'abri d'un parti classique", affirme Alain Escada à "Droites extrêmes". En clair : pour le responsable de Civitas, faire campagne sur un sujet sociétal peut permettre aux intégristes de toucher des gens hors de leur milieu en vue du scrutin de 2014. "Il faut briser les clivages habituels. Nous devons partir tôt de façon à constituer la coalition la plus large possible", note-t-il encore.
"Lobby"
Mais, malgré cette ambition de parler à un spectre plus large que celui qui est habituellement le sien, Civitas, qui rassemble des catholiques traditionalistes et intégristes proches de l'extrême droite, ne souhaite pas renoncer à son activisme. En 2011, de nombreuses figures de l'extrême droite radicale avaient ainsi participé, aux côtés de Civitas et de l'abbé Beauvais (de l'église intégriste de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris), à des manifestations devant le Théâtre de la Ville à Paris. Cette fois, Alain Escada veut non seulement utiliser "tous les moyens de la communication moderne" mais aussi organiser plusieurs manifestations;

Elle fait un appel aux dons et, sur la page d'accueil de son site internet, précise qu'ils sont déductibles des impôts; Ce groupe n'a jamais à notre connaissance été répertorié comme sectaire.

Sans franchir ce pas, nous ne pouvons non plus évacuer le problème: son compagnonnage avec des mouvements controversés est patent. Voici une capture d'écran du blog de Civitas jeunesse. C'est bien Avenir de la culture, une association satellite de Tradition Famille Propriété, que nous connaissons de longue date, qui participe à l'une des dernières manifestations de rue de Civitas.






L’homme-roi à la place du Christ-roi

L’article premier de la Déclaration des droits de 1789 proclame, on le sait, que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». Affirmation réitérée, sous forme méthodologique, à l’article 3, « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation » et à l’article 6, « La Loi est l’expression de la volonté générale ».
Droits de Dieu ou droits de l’homme, ordre ou désordre : il faut choisir  !
Fonder la société sur la seule volonté des hommes, est une chimère dont les conséquences n’ont pas fini de se faire cruellement sentir : (...)
L’idéologie des droits de l’homme détruit la Famille, société surnaturelle et naturelle, société-mère de la société humaine et c’est de manière très prophétique que Léon XIII annonçait toutes les législations hostiles que nous connaissons depuis 40 ans : (...)
Il faut y ajouter l’édifice scolaire de « l’éducation nationale » (expression née sous la Révolution) et qui n’est en fait que l’école sans Dieu, donc sans vraie morale - d’où l’inenrayable vague de violences dans les établissements scolaires - édifice totalitaire renforcé par la loi du 16 octobre 1998 sur « l’obligation scolaire » qui, sous prétexte de viser des écoles « sectaires », veut en fait empêcher tout véritable enseignement catholique hors « contrat d’association », c’est-à-dire d’assimilation à l’enseignement laïque. (...)
Les droits de l’homme cultivent la culture de mort, c’est particulièrement vrai en matière de statut de l’embryon et de clonage (...)
Mgr Lefèbvre observe très justement qu’on ne saurait « trop insister sur le rôle providentiel de l’autorité de l’Etat pour aider et soutenir les citoyens dans l’obtention de leur salut éternel »; (fin de citation)


Deux références nous interpellent: celle à Monseigneur Lefebvre, fondateur de la Fraternité St Pie X, la même institution qui gère des écoles hors contrat dont nous avons à plusieurs reprises analysé les rapports d'inspection (et dont un prêtre vendéen a écrit pour le site de Civitas un dossier sur l'allocation scolaire). Deuxième référence, l'opposition de Civitas à la loi sur le contrôle des établissements privés hors contrat. Les guillemets qui entourent le mot sectaire sont à cet égard éloquents.
Comment justifier l'intérêt général de cette association qui prétend bénéficier de déductions fiscales? Elle s'oppose à la Déclaration de 1789 qui a valeur constitutionnelle. Comment peut-elle être reconnue d'intérêt général alors qu'elle a pour objet avoué d'annihiler des textes qui fondent nos institutions et nos valeurs communes?
Une association qui pense répondre aux conditions requises pour bénéficier de la reconnaissance d'intérêt général peut fort bien délivrer sans aucune formalité à ses donateurs des reçus à fournir à l'administration fiscale et ce même si aucun « rescrit » ne l'y autorise; mais elle s'expose alors à un redressement. Et nous ne pouvons savoir si Civitas a mis en oeuvre une procédure pour obtenir cette autorisation ou si ce groupe tente d'attirer les donateurs en espérant qu'il n'y aura pas de réaction des Finances publiques, donc pas de redressement. Il nous semble probable que les services fiscaux feront un rectificatif.
Nous nous souvenons de l'impossibilité de connaître la liste des établissements subventionnés par la Fondation pour l'école pourtant reconnue d'utilité publique. L'intérêt général qui doit guider l'ensemble des services et pas seulement l'administration fiscale est-il soluble dans le sectarisme?

samedi 1 décembre 2012

décision judiciaire prochaine dans l'affaire TERRE DU CIEL?

La structure devait être jugée au tribunal correctionnel de Chalons ce lundi. Christophe Rode, procureur de la République, a toutefois indiqué que le procès était renvoyé une date proche. 


le Journal de Saône et Loire   26 novembre 2012

Nous attendons le jugement sans nullement préjuger de la teneur!