jeudi 30 janvier 2014

Communiqué du 30-01-2014 Reconnaissance de la psychothérapie : une première en Belgique !



Laurette Onkelinx est particulièrement heureuse du vote en plénière ce jour du projet de réforme de la psychothérapie : « j’ai le sentiment, avec le texte qui vient d’être voté par cette assemblée, que nous avons fait œuvre utile. Le travail pour aboutir à ce texte a été long et ardu, mais il était tellement nécessaire. Avec un taux de suicide de près de 19 pour 100.000 habitants - précise Laurette Onkelinx - la Belgique est, avec la Finlande, la France et le Danemark, bien au-dessus de la moyenne mondiale estimée à 14,5 pour 100.000 habitants. »
 
En effet, la société d’aujourd’hui et la crise que nous traversons engendrent des pressions et des contraintes psychiques qui sont de plus en plus difficiles à supporter : stress professionnel, chômage, maladie grave ou souffrance chronique, solitude, violence, pauvreté, surendettement, harcèlement, … pouvant parfois mener jusqu’au suicide. Les antidépresseurs sont prescrits à environ 1,1 million de belges. Ce chiffre est énorme et en constante augmentation.
 
« Beaucoup de citoyens appellent à l’aide. Et cet appel, nous l’avons entend : pour la première fois, la santé mentale trouve une véritable place dans le champ des soins de santé », a encore précisé la Ministre de la Santé publique. 
 
Le projet de réforme instaure en effet un cadre permettant de garantir des soins de santé mentale de qualité à ceux qui en éprouvent la nécessité :
  1. en protégeant les personnes en détresse psychologique des charlatans de toute sorte : « nous leur proposons des soins prodigués par des professionnels formés, qui sont soumis à la déontologie et au respect des droits du patient. »
  2. en protégeant le titre de psychothérapeute et en assurant une reconnaissance, dans le cadre des soins de santé, de praticiens en santé mentale professionnels et compétents : « ce n’est en effet que justice que de reconnaître le travail et l’investissement personnel des professionnels sérieux. »
« Avec ces deux préoccupations en tête, mon objectif, en tant que Ministre de la Santé publique était donc de dessiner un cadre légal dans lequel peuvent s’inscrire les psychologues cliniciens, les orthopédagogues cliniciens et les psychothérapeutes. Un cadre qui leur permettra, en interaction avec d’autres professionnels, dont le médecin généraliste et le psychiatre, de travailler en réseau autour du patient en demande de soins de santé mentale. »
 
Ce cadre offrira non seulement un gage de sérieux et de professionnalisme des praticiens reconnus, mais aussi une meilleure lisibilité pour le patient en demande de soins de santé mentale.
 
Laurette Onkelinx tient tout particulièrement à remercier les parlementaires et les professionnels qui se sont impliqués de manière constructive et efficace pour mener à bien cette réforme importante.

mercredi 29 janvier 2014

Documents: cahiers de Grégoire PERRA du temps de sa scolarité dans les écoles Waldorf

Grégoire nous a autorisés à rebloguer les fac simile de ses cahiers de classe du temps où il était élève des écoles Steiner.  Il les avait mis en ligne notamment sur son blog dédié au décryptage de cette pédagogie. Ces documents sont disponibles sur les liens ci-dessous.




ARTISANS DE PAIX: éléments de réflexion

Lors de la diffusion d'un feuilleton sur ARTISANS DE PAIX, installée à VAL DE CONSOLATION dans le Haut Doubs, FR3 émettait sur son site, le commentaire suivant.
Lors de leur installation, certains Francs-Comtois redoutaient l’arrivée d’une secte mais l’ouverture d’esprit des artisans de paix peut les rassurer.




video
video
video
video


A titre d'exemple, une rencontre s'est déroulée, organisée par TERRE DU CIEL à Val de Consolation.
Le thème général en était MEDECINES PLURIELLES SANTE GLOBALE

Extrait du programme:


HAMER UN MAL AIME DE LA MEDECINE?

EXTRAIT des MINUTES du GREFFE du TRIBUNAL de GRANDE INSTANCE de CHAMBERY 
N° de Parquet 96003989 N° de jugemen 450/2000

Attendu qu'il résulte du dossier qu'il est interdit d'exercer en Allemagne depuis 1986, et qu'il n'est pas inscrit en France à un tableau départemental de l'Ordre des Médecins ;
Attendu que l'instruction n'a pas démontré qu'il était venu en France après le 9 mai 1993, ni qu'il ait accompli après cette date sur le territoire l'un des actes visés à l'article L 372 ;
Qu'il devra en conséquence être relaxé du chef d'exercice illégal de la médecine ;
Attendu que pour être retenue, la complicité reprochée à Ryke Geerd HAMER implique nécessairement de sa part une participation personnelle et active ;
Que la seule diffusion de sa théorie et l'application qui a pu en être faite par des non médecins ne sauraient suffire à caractériser la complicité ;
Attendu que Madame GROS, évincée de l'ASAC en 1992, déclare qu'elle n'a par la suite plus eu de contact avec le docteur HAMER et qu'elle a continué son activité seule; Qu'il n'est pas démontré qu'il savait qu'elle avait ainsi continué à appliquer sa théorie ;
Que dès lors il devra être relaxé du chef de complicité du délit commis par Madame GROS ;
Attendu en revanche que Madame S. qui a précisé à l'audience qu'elle l'avait rencontré jusqu'en 1995, a toujours affirmé qu'elle était restée en contact avec lui, qu'ils se téléphonaient, qu'elle lui .demandait des conseils sur l'application de sa théorie et notamment sur l'interprétation des scanners ;
Que cela caractérise la complicité du délit d'exercice illégal commis par Madame S. ;



Attendu que Ryke Geerd HAMER a été condamné
- par le Tribunal de KOLN (ALLEMAGNE) le 22/1/92 pour exercice illégal de la médecine à 4 mois d'emprisonnement avec sursis,
- par le Tribunal de GRAZ (AUTRICHE) pour dénonciation calomnieuse le 27/7/93,
- par le Tribunal de KOLN (ALLEMAGNE) le 9/9/97 à 19 mois d'emprisonnement pour exercice illégal de la médecine,
Que ces agissements, répétés dans le temps, et d'une gravité évidente, justifient qu'une peine de 18 mois d'emprisonnement dont 9 mois avec sursis, ainsi qu'une amende de 50 000 francs soit prononcée à son encontre ;

NOUS AVONS EXPOSE LE POUR ET LE CONTRE.
AUX VISITEURS DE SE FAIRE LEUR OPINION!